Paul Labrèche - Président de la CPHQ

Montréal, le 9 avril 2020,

En mai 2019, les premières fondations visant un rassemblement des forces vives de l’homéopathie au Québec étaient posées.  Praticiens, patients et fabricants, sous l’initiative du Syndicat professionnel des homéopathes du Québec (SPHQ), cheminaient alors jusqu’à l’annonce officielle de la formation de la Coalition pour l’homéopathie au Québec (CPHQ) le 19 novembre dernier.

En janvier 2020, j’acceptais de prendre la présidence de cette Coalition, fort d’une expérience de plus de cinq années à la barre du Syndicat professionnel des homéopathes du Québec (SPHQ) et de quatre années à l’Association homéopathique canadienne (AHC) à titre de fondateur et administrateur.

Dès mon arrivée à la présidence du SPHQ, en 2014, ma vision est claire et demeure aujourd’hui toujours la même en tant que président de la CPHQ : faire face à la désinformation.  Et c’est cette même vision qui s’incarne maintenant dans la mission de la Coalition, celle d’être la voix de référence pour défendre et promouvoir l’homéopathie au Québec, entre autres, en rectifiant les informations erronées sur l’homéopathie et en offrant, en contrepartie, des informations véridiques et vérifiables.

Dans cette optique et à l’occasion de la Journée internationale de l’homéopathie qui sera célébrée le 10 avril prochain, je me joins donc à tous mes consœurs et confrères, des centaines de milliers de par le monde, pour rappeler que 2019 aura été l’année où grâce à une pression publique et politique soutenue, le monde entier aura enfin eu accès aux conclusions scientifiques encourageantes du rapport australien de 2012 quant à l’efficacité de l’homéopathie, conclusions volontairement dissimulées par l’agence médicale et scientifique australienne chargée de l’évaluer.  Nous nous réjouissons également de la mise au point faite par la directrice actuelle de l’agence australienne, la Professeure Anne Kelso, indiquant que le rapport frauduleux de 2015, toujours sous enquête, ne concluait pas à l’inefficacité de l’homéopathie. Enfin, malgré le déremboursement en France, nous souhaitons rappeler également le fait que l’Allemagne et le Luxembourg ont, quant à eux, décidé de maintenir le remboursement.

Alors qu’au 1er avril de cette année, la promulgation de l’Ordre des homéopathes de l’Ontario en était déjà à son cinquième anniversaire, je souhaite également réitérer l’importance de la reconnaissance légale de la profession au Québec. Cet objectif, enchâssé dans les statuts et règlements du SPHQ, s’accorde également à la vision de la Coalition qui voit dans l’importance de légitimer l’homéopathie, un enjeu essentiel pour préserver la liberté de choix de toutes celles et ceux qui souhaitent soigner et se soigner autrement.

J’aimerais terminer en remerciant chaleureusement tous les membres de la Coalition pour leur appui et implication.  C’est dans l’unité que nous arriverons tous et toutes à maximiser la force de nos actions et nos impacts pour que l’homéopathie puisse occuper la place qui lui revient au service de la santé de la population des Québécoises et Québécois.

Paul Labrèche, homéopathe,

Président de la Coalition pour l’homéopathie au Québec (CPHQ)

Président du Syndicat professionnel des homéopathes du Québec (SPHQ)